Acheter une ferme

Acheter une ferme, une mission plus compliquée qu’il n’y parait

Parce que le retour aux sources et à la nature est une tendance très marquée au cours des dernières années, nombreux sont les ménages – souvent de hauts cadres entrant dans leurs dix dernières années d’activité avant la retraite – qui ont pour projet d’acheter une ferme en Suisse.

 

Si, avec de l’argent, ce rêve est accessible, encore faut-il bien se renseigner sur les possibilités qui vous seront offertes étant donné que la loi suisse est très contraignante en la matière.

 

En effet, elle stipule très clairement que les terres agricoles doivent rester des terres agricoles. Aussi, si l’acquisition de l’habitation et du terrain non agricole d’une ferme ne posera pas de problème, le reste des parcelles tout comme les dépendances seront très complexes à acheter.

 

Eh oui, le domaine agricole fera l’objet d’une mise en vente et donc d’une annonce dans la Feuille des Avis Officiels (FAO). A partir de ce moment-là, un non-exploitant pourra acheter une ferme que si aucun exploitant ne se fait connaître à l’administration.

 

Si tel est le cas, l’achat de la ferme sera possible mais tout ce qui était utilisé à des fins d’exploitation agricole devra le rester. Autrement dit, il sera impossible de construire de nouveaux bâtiments sur les terrains dédiés à l’agriculture ou à l’élevage. De même, les écuries ou granges ne pourront normalement pas faire l’objet de transformations majeures. Fort heureusement, il existe la possibilité d’obtenir des dérogations mais celles-ci sont rarement délivrées et nécessitent de très longues procédures administratives.

 

Les critères à prendre en compte pour acheter une ferme à des fins d’hébergement

Maintenant que vous savez qu’il peut s’avérer complexe d’acheter une ferme lorsque vous n’ambitionnez pas d’exploiter la terre, c’est à vous de redéfinir votre projet car compter sur l’obtention de dérogations est un pari qui peut s’avérer très risqué.

 

Aussi, parce que les fermes achetées par des non-exploitants sont souvent promises à devenir des maisons d’hôtes, une grande habitation peut suffire à ce que le projet soit réalisable. Il faudra alors partager celle-ci entre votre espace privatif et des chambres à coucher et au moins une pièce commune pour les hôtes.

 

Mais la taille de la maison n’est pas le seul critère clé. Vous devrez effectivement veiller à ce que la première impression donnée en arrivant dans la cour soit bonne, un élément à observer dès la première visite du bien courtisé. De même, la localisation géographique sera un véritable atout. Ouvrir une maison d’hôtes à la campagne située non loin de l’un des grands centres urbains (Genève, Lausanne, Zürich, Berne ou Bâle) pourra vous assurer de trouver aisément une clientèle durant les week-ends.

 

Ensuite, il est recommandé de jeter un œil à la législation propre aux maisons d’hôtes en Suisse car des licences et autorisations devront vous être délivrées pour que votre établissement puisse ouvrir sans peine. Or, l’obtention de ces documents pourra impliquer la réalisation de travaux plus ou moins lourds. Veillez donc à prendre en compte le coût de ces éventuelles transformations au moment d’acheter une ferme destinée à devenir une offre d’hébergements.

 

De même, peut-être souhaiterez-vous coupler l’activité d’hébergement à celle d’élevage ou d’exploitation des terres dans le cadre de la mise en place d’un projet de ferme pédagogique. Si vous avez un tel projet, nul doute que les autorités seront moins regardantes et vous laisseront davantage de flexibilité pour mener à bien ce que vous espériez.